3.2. Assurer la compréhension de l’information même en l’absence de couleurs

L’information ne doit pas être véhiculée uniquement par la couleur.

Dans ce premier exemple, l’information véhiculée par le camembert n’est plus compréhensible sans couleur.
Tandis que cette version du camembert reste compréhensible même sans couleur.

Dans ce premier exemple, des carrés de couleurs différentes sont utilisés pour la légende. L’information n’est véhiculée que par ce moyen.
Tandis que dans cette version, les carrés de couleurs ont été remplacés par des pictogrammes. Ce qui permet de rendre compréhensible l’information même en l’absence de couleurs.

3 commentaires

  • Par Sébastien Delorme, le 23 janvier 2017 à 23h28.

    23 janvier 2017 : suppression de l’astuce portant sur le test en niveaux de gris.

    Répondre

  • Par Gaby, le 17 mars 2017 à 12h05.

    Merci pour ces exemples précis.
    Pourquoi avoir supprimé l’astuce du test en niveaux de gris ? Finalement pas une bonne idée ? Merci

    Répondre

    • Par Sébastien Delorme, le 30 mars 2017 à 15h40.

      Bonjour Gaby,

      En fait, passer en niveaux de gris ne suffit pas pour vérifier que l’information n’est pas véhiculée par la couleur.

      Par exemple, imaginons un camembert avec trois portions verte, bleue et rouge. En le passant en gris, on risque d’avoir trois gris différents et donc se dire que tout est ok.

      Pourtant, une personne daltonienne ou malvoyante pourrait quand-même ne pas distinguer certaines combinaisons.

      Nous avons donc supprimé cette astuce qui pourrait faire valider une mise en page qui n’était pas accessible.

      Répondre

Ajouter un commentaire

Les champs avec astérisque (*) sont obligatoires.

Haut de page